Le CBD et les Seniors

Le marché du cannabis légal  connaît un boom chez les seniors!

Remerciements à Pascal Jeannera pour ce bel article !
Malgré la surproduction, le marché du cannabis légal reste porteur, notamment chez les personnes âgées.

Les consommateurs au-delà de 60 ans représentent plus de la moitié de la clientèle dans certaines boutiques spécialisées.

Légal s'il contient moins d’1% de THC, le cannabis a conquis le marché européen dans ses variétés riches en cannabidiol : le CBD.

Le nombre de producteurs est passé de cinq en 2017 à près de 670. Une ruée vers l'or vert qui a entraîné surproduction et chute des prix.
Le kilo de CBD se négocie aujourd'hui autour de 1 330 euros le kilo, contre près de 5 330 euros en 2017. Il est recherché pour ses vertus calmantes et anti-douleurs exemptes d’effets psychotropes.

Beaucoup de producteurs restent avec leur cannabis sur les bras et "beaucoup vont disparaître", estime Cédric Jacquemoud, co-fondateur de Kahna Queen, qui exploite 2 boutiques de CBD à Europe. "Presque tous les jours, on vient nous proposer de la marchandise", explique-t-il.

Gros producteur de CBD dans sa plantation indoor en Argovie, la marque Diwan alimente le marché mais vend aujourd'hui sa production "quasi exclusivement à des grossistes exportant vers l’Europe", explique son co-fondateur Luca Fantauzzi.
"La vente est légale si le taux de THC est réduit par traitements à 0,2%", poursuit son collègue Anthony Gorski.

Des clients "entre 60 et 90 ans"
Même saturé d’offre, le marché européen n’en reste pas moins porteur. "Il est en encore en développement", selon Cédric Jacquemoud, notamment auprès des personnes âgées.
Chez Kahna Queen, 60% des clients sont des seniors, "âgés entre 60 et 90 ans", estime Vincent Ferrazzini. Les 2 patrons expliquent que le contact et les conseils prodigués en boutique permettent de casser l’image "junkie" du cannabis, en expliquant les vertus non psychotropes du produit et en orientant les clients sur les produits dérivés.

L'usage médical du CBD, c'est ce que promeut S W. dans sa boutique de Vernier, où seul un tiers des ventes consiste en CBD à fumer. "Le reste, ce sont des produits dérivés, huiles, pâtes, tisanes, baumes", explique Nicolas Herrmann, thérapeute.
Les personnes âgées ou malades y trouvent des effets bénéfiques et peuvent parfois, avec l’accord de leurs médecins, remplacer ou diminuer certaines prises de médicaments, comme "des opiacées, des somnifères voire des anti-dépresseurs".
D’où l’importance de la qualité des produits, notamment une teneur garantie en CBD.

RTS INFO : Article de Pascal Jeannerat publié le 17 janvier 2019 à 10:11



Laissez un commentaire

Ce blog est modéré